« La bibli »

Posté par La Petite Bibliothèque Ronde, le Mardi 11 septembre 2012

Nous souhaitons partager avec vous cet émouvant témoignage. Preuve que la Petite Bibliothèque Ronde continue encore de remplir fièrement sa mission. Un grand remerciement à la personne qui a pris le temps de nous l’envoyer, et une invitation pour la prochaine fois à venir nous rencontrer. Toute l’équipe de la bibliothèque.


Martine Franck

Bonjour,

Le passage, cet été, dans la cité de la Plaine à Clamart, où j’ai grandi enfant puis adolescent m’a donné l’envie de partager avec vous ces souvenirs : Plus que la cité, je souhaitais revoir la bibliothèque, la « bibli » comme on disait entre nous à l’époque, je n’aime pas ce discours d’ancien combattant, mais tant pis je continue.

En revoyant la « Bibli » me sont revenus les souvenirs de sa construction,  et du désagrément que cela nous a procuré à mes copains et à moi, ce terrain nous appartenait, c’était notre « terrain vague », celui ou nous avions l’habitude de jouer aux cow-boys et aux indiens, au gendarmes et au voleurs, ce lieu  qui  nous voyait jouer aux grands en essayant de fumer des cigarettes volées à nos parents en cachette et qui nous faisaient tousser..

D’un coup ce terrain de jeux nous était volé. Et nous ne savions pas pourquoi ?

(lire la suite)

. Nous avons vu s’ériger ce bâtiment dont de nombreux parents disaient qu’il était très laid et dont il ne voyait pas vraiment l’utilité, « Une bibliothèque pour les enfants, qu’ils commencent déjà  à lire leurs livres d’école et ce sera bien ».

Et puis, la « Bibli » a ouvert, avec un drôle de nom « la joie par les livres », ce nom déjà nous apparaissait incongru, sans que nous sachions l’exprimer, comment les livres pouvaient-ils rendre joyeux, alors qu’à l’école ils étaient objets de souffrances ?

Ne pouvant arrêter le chantier, un jour la bibliothèque a été terminée et malheureusement a ouvert. De mémoire, il me semble que c’était en automne, la froidure était là, nous n’avions pas grand-chose à faire, donc nous y sommes allés.

Premiers souvenirs, il faisait chaud, les murs étaient ronds, nous enlevions nos chaussures nous étions en chaussettes, les chaises et les tables étaient à notre hauteur, ils y avaient des livres partout : ils étaient à notre portées, nous pouvions les prendre comme nous voulions, des « dames » qui nous accueillaient, qui ne nous obligeaient à rien mais nous proposaient tout.

Cet espace, que nous pensions être un espace de contrainte est très vite devenu un espace de liberté. La moindre de nos curiosité était immédiatement relayée par une « dame » qui rebondissant sur notre enthousiasme nous donnait les moyens de répondre à nos questions, très rapidement les prénoms des « dames » se sont imposés dans nos relations.

Je me souviens de Melle Lise, qui pendant ces années de « Bibli », m’a accompagné dans cette découverte. Elle a toujours suivi mes enthousiasmes du moment en me donnant les moyens de répondre à mes attentes tout en aiguisant ma curiosité et mon esprit critique.

Cet été, la « Bibli » était fermée, je l’ai revue, bien qu’elle me semble plus petite que dans mes souvenirs, en regardant au travers de la porte d’entrée, rien ne semble avoir changé l’espace, les meubles tout est pareil.

Il y avait un mot sur la porte précisant que « pour l’été la bibliothèque était à l’extérieur dans la cité ». J’en ai fait le tour et j’ai découvert des stands de livres, de jeux et d’activités offertes aux enfants avec des animateurs de la bibliothèque. J’ai vu des enfants heureux autours des activités qui leurs étaient  proposées

Par pudeur, je n’ai pas osé aborder les animateurs pour leur dire ce que pour moi cet endroit a représenté et ce que m’a donné la « joie par les livres ». J’ai néanmoins été enchanté de voir que d’une génération à une autre le plaisir semble le même.

Dans les années 60, la cité était composée d’une immigration Algérienne, Marocaine, Portugaise, Espagnol, Française venue des 4 coins de l’hexagone nationale. La « Bibli » était en plus d’un lieu de liberté un lieu de rencontres, d’échanges, de partage et de compréhension de l’autre.

Aujourd’hui, les couleurs des enfants laissent à penser que la cité est toujours multiculturelle, et c’est tant mieux. Les sourires et les connivences vus entre ces enfants et les animateurs sont les garants du fait que la « Bibli » est toujours un lieu de liberté de rencontre d’échange et de partage.

Pour moi la « Bibli » a été dans ma période de pré adolescence un élément formateur qui a contribué à faire de moi un lecteur assidu mais aussi, je l’espère me permet d’espérer devenir un « honnête homme ». Ces moments passées dans cette bibliothèque sont aussi doux que le miel  et m’ont surtout donné l’essentiel : le merveilleux voyage, plaisir que me procure aujourd’hui la lecture, merci !!!

Très cordialement.

Laisser un commentaire

Aujourd’hui, partageons nos idées, nos expériences, nos questions et suggestions. Partons à la découverte de pratiques enthousiasmantes, d’innovations surprenantes. C’est ainsi qu’il faut aborder le présent et l’avenir pour que la lecture soit une fête ouverte à tous. Geneviève Patte
Derniers commentaires
Bonjour, Vous pouvez tout à fait...
Bonjour Bibliothécaire de...
Agenda PBR
Kidi Bebey vient passer l'après-midi avec les...
Une après-midi pour les petits et les grands
Venez lire vos livres, BD, romans préférés sur...
Que font les anglais l'après-midi ?
© La Petite Bibliothèque Ronde - Powered by Wordpress