Archives pour le mot-clef "vandalisme"

Il y a des lundis…

Posté par Roxane Schaeffer, le Vendredi 3 avril 2015

Il y a des lundis que l’on souhaiterait oublier.

Pourtant normalement le lundi, c’est jour de repos pour l’équipe de la bibliothèque. C’est un jour que l’on attend, un jour où l’on prend du temps pour soi. Et puis il y a ces autres lundis, ce 30 mars en fait partie, où l’on reçoit un mail d’une collègue en milieu d’après-midi.
Dans mon cas, on peut d’abord obstinément refuser de l’accepter comme vrai. Ensuite, on passe par la phase de colère. Cette colère est forcément un peu assourdie ; ce n’est malheureusement pas la première fois, cette année.

La nuit de dimanche à lundi, la bibliothèque a été « visitée ». Des traces de pas pleins de boue couvrent le sol et rendent visible un parcours possible. Et puis il y a les portes forcées dont le cadre en bois et le verrou ont cédé ainsi que tous les tiroirs délibérément ouverts.
Le vol est presque anodin, du matériel informatique essentiellement, mais les conséquences pour le bâtiment et l’équipe sont lourdes. « Ils » ont abimé des éléments qui font le charme du bâtiment, dénaturant sa cohérence et sa beauté. Et puis on ne ressort pas indemne d’une violence à répétition, quelle que soit sa nature et son importance, faite contre son lieu d’activité.

Pour ceux qui connaissent ce lieu justement, il y a à la bibliothèque des enfants de Clamart, trois belles salles de lectures dont l’usage a évolué au fil du temps. La salle des prêts, la plus grande, est devenue la salle des documentaires et la salle dite autrefois des grands est aujourd’hui la salle des fictions (contes, albums, premières lectures, romans). La troisième salle est la salle des petits, et ce depuis l’ouverture de la bibliothèque en 1965. Mais ce qui a profondément changé en cinquante ans, c’est l’âge de ces petits. A l’ouverture, ils avaient entre 4 et 7 ans, aujourd’hui ils ont entre 0 et 4 ans.

Au cœur de l’action de l’association La Joie par les livres, la bibliothèque a joué un rôle militant en s’engageant au côté d’A.C.C.E.S dans la reconnaissance du bébé lecteur depuis les années 1980. L’architecture du lieu, grâce ou malgré sa très forte personnalité, a su s’adapter à cette évolution. Dans cet espace dédié, le mobilier a été retiré pour laisser place à un très grand tapis et un ensemble de coussins pour assurer le confort des tout-petits. La salle tout en rondeur, comme l’ensemble de la bibliothèque, donne au lecteur le sentiment protecteur d’être caché dans un endroit un peu secret. Le rôle de la disposition des fenêtres joue à plein dans cet espace où elles sont surtout placées dans les parties basses offrant une lumière naturelle à hauteur des enfants tout en les protégeant des activités et des regards de la cité.

L’impression d’être dans un cocon est renforcée par le mur de portes vitrées en paravent qui l’isole des autres salles sans la séparer complètement. Le modèle du paravent n’est pas sans faire échos à l’esthétique japonaise présente dans le jardin de la bibliothèque. Cet élément unique, créé pour ce lieu et monté sur un petit rail au sol, a été littéralement détruit par cette dernière intrusion nocturne. Ne comprenant manifestement pas son fonctionnement, « ils » ont juste arraché les portes brisant le système et certaines des baies vitrées.

Cela peut paraître négligeable : l’espace des petits peut toujours être isolé pour les temps de lectures du mercredi matin grâce à un rideau. Mais dans les faits, cela change tout. L’accès lui seul devient un problème pour des tout-petits en plein dans l’apprentissage de la marche, privés de points d’appui pour descendre les deux larges marches. L’équilibre esthétique est rompu, le plaisir d’aller s’y réfugier aussi. Fermer l’espace, c’est perdre l’essentiel de ce lieu, c’est-à-dire la possibilité de voir les autres salles quel que soit l’endroit d’où l’on regarde tout en ménageant à chacun des petits coins de lecture individuelle.

Tout espoir qu’un jour cet élément retrouve sa place n’est pas perdu.

Mais un immense sentiment de perte comme de gâchis risque accompagner pour longtemps l’équipe de la bibliothèque et son public.

Aujourd’hui, partageons nos idées, nos expériences, nos questions et suggestions. Partons à la découverte de pratiques enthousiasmantes, d’innovations surprenantes. C’est ainsi qu’il faut aborder le présent et l’avenir pour que la lecture soit une fête ouverte à tous. Geneviève Patte
Derniers commentaires
Bonjour, Vous pouvez tout à fait...
Bonjour Bibliothécaire de...
Agenda PBR
Quand, lors d'une partie de jeu de société,...
Découvrez le parcours d'une jeune auteure...
Kidi Bebey vient passer l'après-midi avec les...
Venez lire vos livres, BD, romans préférés sur...
© La Petite Bibliothèque Ronde - Powered by Wordpress